Agenda

31.03.15
Manufacture
BAT
31.03.15 Manufacture
BAT

    Solos de sortie - Promotion G 2/3

    avec les solos de Simon Labarrière, Magali Heu, Lara Khattabi, Thomas Lonchampt, Lola Giouse

    L’obtention du diplôme de Bachelor Théâtre est conditionnée à la validation d’un travail de Bachelor constitué de deux parties. La partie pratique consiste en la conception, la réalisation et la présentation publique d’un solo d’une trentaine de minutes. La partie théorique consiste en la rédaction d’un mémoire qui accompagne, argumente, contextualise et critique la proposition scénique élaborée. La Manufacture vous invite à découvrir la partie scénique des travaux de chacun des comédiens de la promotion G lors de trois soirées exceptionnelles.

    Simon Labarrière

    Je vais faire un tour

    « Sais-tu que quand tu pars, quelque part, je pars aussi ?»

    librement adapté de Les fous voyageurs de Ian Hacking
    collaboration artistique : Nicolas Zlatoff

    Magali Heu

    Dieu sait ce qui vit en moi à la place de moi

    « Chez les Japonais, il paraît que l’offensé va voir son offenseur et lui dit : “Tu m’as offensé, et moi, pour ça, je suis venu m’ouvrir le ventre sous tes yeux”, et à ces mots, il s’ouvre vraiment le ventre et il ressent, à ce qu’il paraît, une jouissance extraordinaire, comme s’il venait vraiment de se venger.»

    d’après L’idiot de Dostoïevski, traduction de André Markowicz

    Lara Khattabi

    One shot, one gun shot & BAM !

    « Le premier signe de vie, c’est le hurlement de douleur. Vous savez, quand l’air arrive dans les alvéoles pulmonaires de l’enfant, c’est une souffrance indicible[…]

    C’est des cris d’égorgé, des cris de quelqu’un qu’on tue, qu’on assassine. Les cris de quelqu’un qui ne veut pas. »

    d’après Le Ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Duras
    avec des extraits de textes et d’entretiens de Marguerite Duras
    musiques du film : Funny girl et Hello Dolly! avec Barbra Streisand

    Thomas Lonchampt

    Mi[s] AmOr

    « Ô, première vision intérieure du mystère infini, où en une heure S’effondra ma jeunesse !»

    Une tentative de témoigner avec sensibilité de la beauté et de la cruauté humaine, de la peur de la mort et de l’amour de la vie.

    d’après Kalavrita des mille Antigone de Charlotte Delbo
    et fragments de Dante Alighieri, Constantin Cavafis et Fernando Pessoa
    vidéo : Flora Bondier
    piano : Bertrand Bochud

    Lola Giouse

    Une filature

    « Comme la ligne qui part se promener, on peut, dans les histoires comme dans la vie, toujours aller plus loin. Et dans le récit oral comme dans le trajet, le savoir s’intègre par le mouvement d’un lieu vers un autre. »
    Tim Ingold

    avec des extraits de Je tremble de Joël Pommerat et Baisers volés de François Truffaut.