Recherche

2018
-
2019
R&D
2018
-
2019
R&D

    Sociabilités

    Comment prendre part aux lieux en jouant sur les sociabilités ?

    Cette recherche se propose d’interroger la construction des pratiques de sociabilité, en travaillant dans des lieux qui ont pour fonction de permettre et d’organiser les rencontres collectives (cafés, foyers de théâtres, enceintes sportives telles que patinoire, stade, terrain de pétanque etc.). En s’appuyant sur des outils de la sociologie et du théâtre forum, ce travail propose de produire une analyse des types de rencontres et d’échanges qui prennent forme dans ces lieux, dans un spectre allant de la simple juxtaposition des pratiques, jusqu’à la rencontre, parfois conflictuelle, de leurs usages, en passant par la fabrique des formes de cohabitation. À partir d’observations et de consignation de la vie de ces lieux, les outils que nous proposons de mettre en place visent à immerger des acteurs (de théâtre) dans les interstices de ces jeux d’acteurs (sociaux), en prenant part aux tactiques, aux stratégies et aux représentations observées préalablement, pour mettre au jour les arts de faire qui participent de la création de formes de sociabilités situées.

    Objectif
    L’objectif réside essentiellement dans le fait de définir une méthode de travail en amont du plateau, qui soit le préparerait, soit permettrait de s’en affranchir, et de déployer les tâtonnements, dérives et enquêtes qui précèdent la création. Il s’agit de s’immerger, par le  théâtre dans un lieu de sociabilité d’une part et de préciser des axes de direction d’acteur en lien avec ce même lieu de l’autre.

    Méthode
    En reprenant les travaux de la géographie sociale (Veschambre et Ripoll, 2005) nous postulons que la construction de sociabilités passent par des processus d’appropriation et de marquage des lieux (Ripoll, 2005), appropriation et marquages qui ne relèvent cependant pas nécessairement de conflits ouverts, mais aussi de pratiques de coopération (Senett, 2014), de détournement des attendus sociaux d’invention par les usages des lieux. À ce titre, il nous semble intéressant de prendre part à la construction des sociabilités en produisant une action sur l’espace, pour produire ces «ruptures de cadres» que la sociologie pragmatique décrit comme les moyens de comprendre les processus de cadrage qui assignent un sens et une fonction collective à un lieu (Goffman, 1974). L’objectif est, dans un premier temps, de s’insérer dans les pratiques de sociabilité, d’y prendre part à l’aide de complices, pour analyser les cadres de comportements individuels et collectifs dans le lieu. Dans un second temps, il s’agit d’intervenir en prenant à notre charge ces arts de faire, en les modifiant à la marge, en les décalant légèrement, pour créer de l’étrangeté, de l’extraordinaire pour faire apparaître les cadres conventionnels de l’interaction. 

    Equipe

    Claire De Ribaupierre, professeure-intervenante à la Manufacture chargée de la méthodologie BA Théâtre et Danse, MA Théâtre

    Sarah Calcine, metteure en scène, (diplômée Manufacture, Master 15)

    Florian Opillard, doctorant en géographie à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris)

    Adrien Mani, comédien, (diplomé Manufacture, Promo H)

    Cécile Goussard, comédienne, (diplomée Manufacture, Promo H)


    Publication(s)

    La restitution du travail passera par des performances dans le lieu en semaine 4, dans la lignée des dérives, observations et inventaires déployés tout au long de la recherche. Ces performances seront enregistrées, comme l’aura été la vie pendant les semaines précédentes, et constitueront des archives sonores. Elles seront liées à la construction d’un «journal de bord» sous le format d’un Fanzine, qui mêlera récit écrit, photographies, et qui sera disponible en format papier et à écouter dans un lieu de sociabilité de la Manufacture.